Logement : Comparaison des programmes des 11 candidats à la présidentielle 2017

Dossier publié par Le Monde

Nous vous laissons lire les propositions de chaque candidat et vous faire votre propre avis par rapport aux valeurs que vous et nous défendons.
Bien évidemment la question du logement, bien que centrale, n’est pas la seule et unique thématique dont il faut tenir compte pour voter pour tel ou telle, ou ne pas voter.

Par ordre alphabétique des noms des candidats.

Arthaud Nathalie :

Né le : 23/02/1970
A : Peyrins (France)
Fonction : Professeure, porte-parole de Lutte ouvrière (depuis 2008)
Mandats passés :

Voir son site de campagne

Encadrer les loyers dans le parc immobilier privé
En attendant, il est indispensable d’interdire les expulsions locatives, d’encadrer les loyers dans le parc immobilier privé et de réquisitionner les logements vacants.

Créer un service public du logement
Et il faudrait que le logement devienne un service public.

Nationaliser la construction de logements
Il manque des millions de logements dans ce pays. L’État devrait les construire en embauchant lui-même le personnel nécessaire, sans passer par les capitalistes du bâtiment. Il devrait ainsi les louer à prix coûtant et garantir des loyers accessibles aux classes populaires.

Réquisitionner les logements vacants
En attendant, il est indispensable d’interdire les expulsions locatives, d’encadrer les loyers dans le parc immobilier privé et de réquisitionner les logements vacants.

Interdire les expulsions locatives
En attendant, il est indispensable d’interdire les expulsions locatives, d’encadrer les loyers dans le parc immobilier privé et de réquisitionner les logements vacants.


François Asselineau

Né le : 13/09/1957
A : Paris (France)
Fonction : Haut fonctionnaire, président de l’Union populaire républicaine (depuis 2007)
Mandats passés : Conseiller de Paris (2001-2008)

Voir son site de campagne

Lancer la construction de 80 000 logements sociaux supplémentaires
Lancer immédiatement un grand programme de construction de logements sociaux. Cette relance visera à la mise en chantier de 80 000 logements sociaux par an EN PLUS de ceux prévus. Elle sera financée par la récupération des fonds versés en pure perte à l’UE, avec pour objectif de résorber en 6 ans la pénurie de logements sociaux.

Augmenter les amendes pour les municipalités qui ne construisent pas assez de logements sociaux (loi SRU)
Renforcer la loi SRU. L’État renforcera la mise en œuvre effective de l’actuelle loi SRU en procédant à une hausse drastique des amendes lorsque les municipalités sont défaillantes dans la construction de logement sociaux.


Jacques Cheminade

Né le : 20/08/1941
A : Buenos Aires (Argentine)
Fonction : Haut fonctionnaire à la retraite, président de Solidarité et progrès (depuis 1996)
Mandats passés :

Doubler les logements réservés aux plus démunis
Sur le total de logements sociaux, 5000 sont réservés aux très pauvres. Ce chiffre de logements « très sociaux » doit être rapidement doublé.

Mettre à disposition tous les logements sociaux vacants
Les 20 000 logements sociaux vacants en France doivent être mis à disposition.

Rénover 500 000 logements et en construire 500 000 par an
Rénover 500 000 logements insalubres et construire 150 000 logements neufs supplémentaires par an.

Augmenter d’un tiers l’enveloppe de la Caisse des dépôts destinée aux organismes HLM
La Caisse des dépôts a débloqué une enveloppe, à la disposition des organismes HLM, de trois milliards d’euros. Bien qu’en augmentation, cette enveloppe est manifestement insuffisante et devrait être portée à quatre milliards.

Sanctionner les communes riches qui ne respectent pas le minimum de logements sociaux
La situation des communes aisées ou riches qui ne tiennent pas leurs engagements légaux sur la part de 25 % de logements sociaux doit être examinée au cas par cas.

Supprimer l’encadrement des loyers pour les loyers supérieurs à un seuil fixé par la municipalité
Pour les loyers supérieurs à un certain montant à fixer par ville et par région, je donnerai de l’oxygène (cette fois par le bas) au marché du logement en supprimant l’encadrement des loyers pour le remplacer par un bail homologué.

Stoppper les expulsions de personnes sans solution de logement
Plus de 14 000 expulsions ont été effectuées en 2015, le plus souvent sans recherche de solution de relogement. Il faut arrêter ces expulsions « sèches ».


Nicolas Dupont-Aignan

Né le : 06/03/1961
A : Paris (France)
Fonction : Député de l’Essonne (depuis 1997), président de Debout la France (depuis 2008)
Mandats passés : Maire de Yerres (depuis 1995)
Voir son site de campagne

Renforcer l’impact du prêt à taux zéro
Renforcer l’impact du prêt à taux zéro en augmentant significativement la période de différé d’amortissement, y compris pour les tranches de revenus médians, et en le réservant au neuf ou à l’ancien réhabilité.

Exonérer d’impôts les plus-values mobilières après dix ans
Réduire le délai permettant d’être exonéré d’impôts sur les plus-values et cotisations immobilières à 10 ans. Aujourd’hui, la plus-value immobilière est exonérée au bout de 22 ans.

Supprimer les droits de mutation pour la première acquisition
Supprimer les droits de mutation (baisse des prix à l’achat de 5,8 %) pour la première acquisition d’un logement afin d’encourager la primo-accession à la propriété.

Créer une garantie de l’Etat sur une partie de l’apport personnel.
Créer une garantie de l’Etat sur une partie de l’apport personnel.

Faciliter les procédures d’expulsion
Alléger les procédures d’expulsion pour les mauvais payeurs de mauvaise foi.
Adopter une politique impitoyable à l’égard des fauteurs de troubles. Par exemple, il convient
d’expulser les locataires de logements sociaux ou privés qui nuisent au vivre-ensemble
Expulser les squatteurs des propriétés privées avec une extrême célérité, quelle que puisse être la durée d’occupation.

Simplifier le droit du logement
Rationaliser le cadre règlementaire et normatif en vue d’éviter l’accumulation de normes (environ 4000 relatives au logement). Par exemple, pour la seule construction de logements neufs, plus de 1000 articles de 11 codes différents sont applicables. Une commission parlementaire associant locataires, propriétaires et professionnels sera dédiée à ce chantier.

Etendre le prêt à taux zéro à la rénovation énergétique
Etendre le prêt à taux zéro à la rénovation énergétique dans des conditions identiques à l’acquisition.

Réformer la loi SRU
Revoir de fond en comble la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU), qui se révèle contreproductive pour de nombreux maires et inclure l’accession sociale à la propriété dans le décompte du quota de logements sociaux., gérer le quota de logements sociaux au niveau de l’intercommunalité et non de la commune, faire porter les prescriptions de la loi sur les flux et non les stocks.

Proposer aux locataires un contrat de location accession
Pour le parc social, qui représente 4,7 millions de logements et un peu moins de la moitié du parc locatif français, proposer aux locataires un contrat de location accession leur permettant de transformer leur loyer mensuel en mensualités de remboursement anticipé, avec une option d’achat à l’issue d’une période de 10 ans. Le contrat serait associé à une décote en fonction du montant cumulé des loyers déjà versés par l’occupant. L’objectif est double : encourager l’accession sociale à la propriété.


François Fillon

Né le : 03/03/1954
A : Le Mans (Sarthe)
Fonction : Député de la 2e circonscription de Paris depuis le 20 juin 2012
Mandats passés : Sénateur de la Sarthe du 18 septembre 2005 au 17 juin 2007. Président de la région Pays de la Loire du 20 mars 1998 au 16 mai 2002 ; président du conseil général de la Sarthe du 20 avril 1992 au 20 mars 1998 ; député de la 4e circonscription de la Sarthe (du 2/07/1981 au 1/05/1993 puis du 1/06/1997 au 19/07/2002 et du 20/06/2007 au 19/07/2007)
Voir son site de campagne

Revenir sur les quotas de logements sociaux de la loi SRU
Démonter la logique de la loi SRU, assouplir les règles de plancher du nombre de logements HLM et introduire des règles de plafond en fonction des caractéristiques des territoires afin de produire un plus grand nombre de logements sociaux là où sont les besoins.

Généraliser la formule du chèque-énergie
Lutter contre la précarité énergétique dans le logement. La précarité énergétique, c’est la difficulté de chauffer son logement en raison de la faiblesse de ses ressources. J’agirai pour généraliser la formule du chèque-énergie qui vient remplacer les tarifs sociaux de l’énergie et je poursuivrai les programmes d’aide à la rénovation thermique des logements.

Réformer le logement social en restreignant les conditions d’éligibilité
Permettre à ceux qui en ont véritablement besoin d’accéder plus facilement au logement social, en baissant le plafond de ressources et en couplant cette baisse avec une politique active de développement de logements intermédiaires et rendre obligatoire le supplément de loyer de solidarité (le « surloyer ») pour ceux qui bénéficient d’un logement social malgré un revenu plus élevé.

Réduire les délais d’expulsion en cas de non-paiement du loyer
Rééquilibrer les relations entre les bailleurs et les locataires en instaurant une procédure accélérée pour réduire les délais d’expulsion en cas de non-paiement du loyer (près de 3 ans aujourd’hui). En contrepartie, il sera interdit au propriétaire de demander aux locataires certaines garanties excessivement contraignantes.

Réserver une part des attributions en logement social aux personnes accueillies dans les structures d’urgence
Favoriser le logement pérenne : mieux vaut un vrai logement qu’un hébergement d’urgence. Je veillerai à ce qu’une part des attributions de logements sociaux soit réservée aux personnes accueillies dans les structures d’urgence et je multiplierai les formules de type pensions de famille et logement en studios avec un accompagnement social adapté qui sont aujourd’hui expérimentées par de nombreuses associations.

Donner compétence à l’intercommunalité en matière de logement
Faire de l’intercommunalité l’échelon compétent pour le logement, privilégier la contractualisation entre l’Etat et les territoires et coordonner les attributions de logements de manière à réduire la concentration des difficultés, à l’échelle des agglomérations.

Développer les logements intermédiaires en zone tendue
Développer des logements intermédiaires en zones hypertendues pour les classes moyennes (TVA à taux réduit pour le logement locatif intermédiaire et l’accession sociale).

Créer une défiscalisation spécifique pour la réhabilitation des logements en centre-ville
Mettre en place un programme national de requalification des centres anciens (villes petites et centre-bourg) : une défiscalisation spécifique pour la réhabilitation des logements sera mise en place. Cet outil est indispensable pour éviter la désertification

Interdire aux propriétaires de demander des garanties trop contraignantes aux locataires
Rééquilibrer les relations entre les bailleurs et les locataires en instaurant une procédure accélérée pour réduire les délais d’expulsion en cas de non-paiement du loyer (près de 3 ans aujourd’hui). En contrepartie, il sera interdit au propriétaire de demander aux locataires certaines garanties excessivement contraignantes.

Accorder des avantages fiscaux aux propriétaires pratiquant de faibles loyers
Supprimer l’encadrement des loyers et créer un bail homologué qui accordera des avantages fiscaux supplémentaires au propriétaire, proportionnels à la faiblesse des loyers pratiqués.

Couper les financements publics de logement sociaux dans les communes où il y en a trop
Mettre fin aux financements publics de logements sociaux dans les communes où il y en a trop : s’inspirer du dispositif anti-ghettos mis en place par le conseil régional d’Ile-de-France afin de stopper cette spirale infernale de ghettoïsation de certains quartiers devenus des poudrières.

Simplifier les normes d’investissement dans le logement
Alléger les contraintes pesant sur l’investissement dans le logement : simplifier les normes, raccourcir les délais de procédure et encourager l’innovation.

Résilier le bail HLM des locataires qui troublent la tranquillité publique
Sanctionner les troubles à la tranquilité publique par certains locataires qui rendent la vie impossible au voisinage en résiliant leur bail HLM.

Supprimer l’encadrement des loyers
Supprimer l’encadrement des loyers et créer un bail homologué qui accordera des avantages fiscaux supplémentaires au propriétaire, proportionnels à la faiblesse des loyers pratiqués.


Benoît Hamon

Né le : 25/06/1967
A : Saint-Renan (Finistère)
Fonction : Conseiller régional d’Ile-de-France (depuis 2015), député des Yvelines (depuis 2014)
Mandats passés : Député européen (2004-2009), député des Yvelines (2012), conseiller municipal de Trappes (2014-2016)
Voir son site de campagne

Doter le plan national de renouvellement urbain de 10 milliards d’euros
Pour nos quartiers populaires, le plan national de renouvellement urbain sera doté de 10 milliards d’euros.

Créer 15 000 places d’hébergement pérennes pour la grande pauvreté
Pour lutter contre la grande pauvreté, nous ferons de la France un pays « zéro bidonville ». Nous créerons 15 000 places d’hébergement pérennes. Je généraliserai le droit à un accompagnement global des personnes en détresse.

Donner au maire la possibilité de se substituer à un propriétaire
Pour changer la configuration des centres-bourgs, lutter contre l’insécurité et renforcer l’attractivité touristique, je propose de donner la capacité au maire de contraindre le propriétaire à tenir propre sa parcelle, et la possibilité de se substituer à lui en cas de non-respect de la mise en demeure. Des aménagements provisoires pourraient être également financés sur des fonds publics.

Construire et réhabiliter 60 000 logements pour les jeunes
Pour aider à la mobilité géographique des étudiants, j’assurerai la construction et la réhabilitation de 60 000 logements pour les jeunes et les étudiants durant mon mandat.

Renforcer l’encadrement des loyers dans les métropoles
Parce que chacun doit pouvoir se loger, je renforcerai l’encadrement des loyers dans les métropoles.

Construire 150 000 logements sociaux par an
Je mobiliserai des moyens supplémentaires pour aller vers la construction de 150 000 logements sociaux par an, dont 130 000 logements très sociaux.

Mettre en place un bouclier énergétique
Nous mettrons en place un bouclier énergétique qui garantira que les ménages habitant les logements les moins bien isolés ne dépenseront pas plus de 10 % de leur revenu dans leur facture d’énergie.

Augmenter les aides par des crédits de l’Etat et une contribution prélevée sur les transactions haut de gamme
J’augmenterai les aides à la pierre par des crédits de l’État et une contribution prélevée sur les transactions et les logements haut de gamme.

Créer une garantie universelle des loyers
Je créerai une garantie universelle des loyers, pour sécuriser les locataires comme les propriétaires.

Renforcer l’application de la loi SRU
Pour développer l’offre de logement social, je renforcerai l’application de la loi SRU.


Jean Lassalle

Né le : 02/05/1955
A : Lourdios-Ichère (France)
Fonction : Député des Pyrénées-Atlantiques (depuis 2002)
Mandats passés : Maire de Lourdios-Ichère (depuis 1977), vice-président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques (1991-2001), conseiller régional des Pyrénées-Atlantiques (1995-2015)
Voir son site de campagne

Pas de proposition sur la question du logement


Marine Le Pen

Né le : 04/08/1968
A : Neuilly-sur-Seine (France)
Fonction : Députée européenne (depuis 2004), conseillère régionale des Hauts-de-France (depuis 2010), présidente du Front national (depuis 2011)
Mandats passés : Conseillère régionale des Hauts-de-France (1998-2004 puis 2010-2015), conseillère municipale d’Hénin-Beaumont (2008-2011), conseillère régionale d’Ile-de-France (2004-2010)
Voir son site de campagne

Construire des logements étudiants et revaloriser les APL
Créer une « Protection-Logement-Jeunes » : lancer un grand plan de construction de logements étudiants et revaloriser de 25 % les APL pour les jeunes jusqu’à 27 ans dès la première année du quinquennat.

Appliquer le principe d’obligation de jouissance paisible sous peine de déchéance du bail
Appliquer réellement l’obligation de jouissance paisible sous peine de déchéance du bail [dans les logements sociaux].

Simplifier les normes d’urbanisme
Rationaliser et simplifier les normes d’urbanisme et de construction afin de résorber les tensions sur le marché du logement.

Vendre 1 % du parc HLM chaque année
Faciliter l’accès à la propriété en renforçant les dispositifs de prêts aidés et en améliorant les conditions de rachat par les locataires de leur logement social pour parvenir à 1 % du parc HLM vendu chaque année. Réduire les droits de mutation de 10 %.

Donner la priorité aux Français dans l’attribution de logements sociaux
Réserver prioritairement aux Français l’attribution du logement social, sans effet rétroactif, et le mobiliser vers les publics qui en ont le plus besoin.


Emmanuel Macron

Né le : 21/12/1977
A : Amiens (France)
Fonction : Fondateur du mouvement En marche ! (depuis 2016)
Mandats passés :
Fonctions au sein du gouvernement durant la mandature de François Hollande :
Secrétaire général adjoint de la présidence de la République (2012-2014)
Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique (2014-2016) – « Loi Macron »
Voir son site de campagne

Procédures accélérées pour la construction de logements
Nous accélérerons la construction de logements là où c’est nécessaire. Nous mettrons en place des procédures accélérées dans les zones où le logement coûte trop cher. Cela permettra de construire plus vite des logements et de faire baisser les prix de l’immobilier.

Rénover 1 million de logements mal isolés
Nous rénoverons 1 million de logements mal isolés d’ici 2022 et en priorité ceux des propriétaires les plus modestes. […]
Nous viserons la rénovation de la moitié des logements-passoires des propriétaires les plus modestes dès 2022, afin de diminuer les émissions et de faire baisser les charges (électricité, fioul, gaz). A cette fin, via un fonds public doté de 4 milliards, nous financerons les travaux des propriétaires les plus précaires. […]
Nous transformerons le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) en prime immédiatement perceptible au moment des travaux et non l’année suivante. Ainsi, ceux qui engagent des travaux ne seront pas soutenus par l’Etat un an après leur décision, mais dès le moment où ils commencent leurs travaux. […]
Nous proposerons un audit gratuit à tous les propriétaires occupants en situation de précarité énergétique : maisons à la campagne, pavillons du périurbain, copropriétés où les travaux ont été trop longtemps repoussés.
Nous encouragerons l’association des travaux de maintien à domicile des personnes âgées avec les travaux de rénovation énergétique.

Transparence sur l’attribution des logements sociaux par un système à points
Nous ferons la transparence sur l’attribution des logements sociaux. Au lieu de procédures parfois opaques, nous mettrons en place un système de points, fondé sur des critères objectifs (taille de la famille, niveau des ressources, lieu de recherche). Il permettra à chacun de connaître ses chances d’obtention d’un logement et le délai d’attente prévisible.

Construire 80 000 logements pour les jeunes
Nous construirons 80 000 logements pour les jeunes : 60 000 logements pour les étudiants et 20 000 logements pour les jeunes actifs.

Faciliter la construction de logements dans les zones tendues
Nous définirons des zones où la construction de logements est une priorité absolue. […] Dans ces zones prioritaires, les autorisations d’urbanisme, notamment le permis de construire, seront transférées à l’intercommunalité, ou le cas échéant à la métropole, voire à l’Etat. […]
Quand c’est nécessaire, l’Etat prendra ses responsabilités pour organiser la construction dans les zones tendues, en recourant par exemple plus largement aux dispositifs de type « Opération d’Intérêt National », en délivrant les permis de construire, en détendant les règles de constructibilité au maximum et en accélerant les procédures, y compris en limitant les possibilités de recours.

Créer un bail « mobilité professionnelle »
Nous créerons un bail « mobilité professionnelle » pour répondre aux besoins des actifs en mobilité temporaire (formation, période d’essai, stage).
Il s’agira d’un bail d’une durée de 3 mois à un an, destiné aux actifs en mobilité professionnelle et soumis aux mêmes protections réglementaires que le bail étudiant. Ce bail sans dépôt de garantie sera déployé dans certaines zones tendues où les logements sont aujourd’hui trop souvent détournés du marché locatif à des fins touristiques. Nous permettrons ainsi aux actifs en mobilité qui ont besoin d’un logement sur une courte durée d’accéder à une offre adaptée et disponible.

Pas de nouvelles normes de construction
Nous ne créerons pas de nouvelles normes de construction sur le quinquennat.

Droit à la domiciliation géré par La Poste pour les sans-abri
A destination des sans-abris, nous assurerons un droit à la domiciliation (qui permet de déclencher d’autres droits, notamment l’accès aux minima sociaux ou la candidature aux logements HLM et d’assurer le suivi de leur courrier) en faisant évoluer la mission de service public de La Poste.

Préférer le logement aux solutions d’hébergement d’urgence
Concernant les plus fragiles, qui subissent l’absence de logement ou le mal-logement, nous ciblerons notre politique en préférant le « logement d’abord » aux solutions d’hébergement d’urgence.


Jean-Luc Mélenchon

Né le : 17/08/1951
A : Tanger (Maroc)
Fonction : Député européen (depuis 2014), fondateur de La France insoumise
Mandats passés (dont le Poste de Ministre délégué à l’Enseignement professionnel du gouvernement Lionel Jospin et son actuel mandat de député européen oubliés par LE MONDE) :
– 1983-2001 : conseiller municipal de Massy (Essonne) et, pendant cette période, de 1989 à 1995 : adjoint au maire de Massy ;
– 1985-1992 ; 1998-2004 : conseiller général de l’Essonne pour le canton de Massy-Ouest ;
– 1998-2000 : vice-président du conseil général de l’Essonne ;
– 27 mars 2000-6 mai 2002 : ministre délégué à l’Enseignement professionnel du gouvernement Lionel Jospin ;
– Du 2 octobre 1986 au 27 avril 2000, puis du 26 septembre 2004 au 7 janvier 2010 : sénateur de l’Essonne ;
– 2004–2008 : secrétaire du Sénat ;
– depuis le 14 juillet 2009 : député européen, élu dans la circonscription Sud-Ouest.
Voir son site de campagne

Interdire les coupures d’eau et les réductions de débit au domicile principal.
Instaurer la gratuité de l’accès et des quantités d’eau, électricité et gaz indispensables à une vie digne en commençant par faire appliquer l’interdiction de coupure d’eau et de réduction de débit au domicile principal.

Créer une garantie universelle des loyers
Mettre en place une garantie universelle des loyers pour favoriser l’accès de tous au logement, par l’intermédiaire d’une caisse de solidarité alimentée par les bailleurs comme le défend la Confédération nationale du logement.

Taxer les hautes transactions immobilières
Imposer les hautes transactions immobilières par une taxe progressive.

Mettre en place un « guichet unique » consacré au logement
Mettre en place un « guichet unique » regroupant les demandes de financement, l’évaluation des besoins, la coordination des professionnels nécessaires pour organiser la rénovation par les propriétaires individuels.

Instaurer la gratuité de l’accès et des quantités minimales et indispensables d’eau, électricité et de gaz
Instaurer la gratuité de l’accès et des quantités d’eau, électricité et gaz indispensables à une vie digne en commençant par faire appliquer l’interdiction de coupure d’eau et de réduction de débit au domicile principal.

Renforcer l’encadrement des loyers
Nous travaillerons également à généraliser et renforcer l’encadrement des loyers du secteur privé.

Construire 200 000 logements publics par an aux normes écologiques
Construire 200 000 logements publics par an pendant cinq ans aux normes écologiques.

Atteindre l’objectif de zéro sans-abri
Atteindre l’objectif de zéro sans-abri : chacun doit se voir proposer un hébergement d’urgence ou un logement et un accompagnement durable.

Constitutionnaliser et rendre effectifs les droits au logement et au travail
Constitutionnaliser et rendre effectifs les droits au travail et au logement.

Mettre fin à la précarité énergétique
Mettre fin aux situations de précarité énergétique que vivent les ménages.

Soutenir les projets d’habitat participatif et coopératif
Soutenir les projets d’habitat participatif et coopératif.

Lancer un plan d’éradication du logement insalubre et de renouvellement urbain
Lancer un plan d’éradication du logement insalubre, de renouvellement urbain et de construction de logements sociaux en renforçant les sanctions des communes trop faiblement dotées en parc social.

Interdire les expulsions locatives sans relogement
Interdire les expulsions locatives sans relogement.

Endiguer l’étalement urbain
Stopper l’étalement urbain en incitant au rapprochement entre bassins de vie et bassins d’emploi.

Créer une caisse de solidarité alimentée par les bailleurs
Mettre en place une garantie universelle des loyers pour favoriser l’accès de tous au logement, par l’intermédiaire d’une caisse de solidarité alimentée par les bailleurs comme le défend la Confédération nationale du logement.

Renforcer les sanctions pour les communes trop faiblement dotées en logements sociaux
Lancer un plan d’éradication du logement insalubre, de renouvellement urbain et de construction de logements sociaux en renforçant les sanctions des communes trop faiblement dotées en parc social.

Voir aussi le Livret Spécifique au Logement réalisé par la « France Insoumise » que vous pouvez voir en ligne sur internet ici ou télécharger et lire ici en pdf


Philippe Poutou

Né le : 14/03/1967
A : Villemomble (France)
Fonction : Ouvrier et syndicaliste, porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (depuis 2009)
Mandats passés :
Voir son site de campagne

Limiter les loyers à 20 % du revenu
Nous revendiquons le blocage des loyers, pour aller vers des loyers ne devant pas dépasser 20% du revenu.

Renationaliser les sociétés HLM
Nous revendiquons l’arrêt des ventes de logements HLM et la renationalisation des sociétés HLM.

Construire 200 000 logements sociaux par an
Nous revendiquons la construction de 200000 logements sociaux par an.

Réquisitionner tous les logements ou immeubles de bureaux vacants
Nous revendiquons la réquisition des logements et immeubles de bureaux inoccupés depuis deux ans grâce par la stricte application de la loi.

Augmenter le budget public consacré au logement
Nous revendiquons l’augmentation du budget public consacré au logement, le renforcement du rôle de l’État et la remise en cause des décentralisations passées et à venir, notamment pour permettre la réhabilitation et la défense du logement social.

Interdire les expulsions de logement
Nous devons agir face aux expulsions de logement: la trêve hivernale se terminera le 31 mars, après quoi il redeviendra légal d’expulser les plus pauvres, celles et ceux qui n’ont plus les moyens de payer leur loyer. Nous comme nous refusons les coupures d’électricité pour défaut de payement, comme lorsqu’on a vu à plusieurs reprises des employés d’EDF refuser d’exécuter de tels ordres.


 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s